Histoire

Voyage

 
Accueil
 
 



 

Histoire

Dossier(s) : Epoques > Antiquité > Grèce antique > 

L'époque classique

5e - 4e siècle av. J.-C.
© Hachette Livre et/ou Hachette Multimédia

Sommaire

 Les guerres médiques
 L'hégémonie athénienne
 La guerre du Péloponnèse
 Périclès
 Cléon le Démagogue
 Alcibiade
 Athènes exsangue
 Les crises du IVe siècle
 Evanouissement de l'égalité entre citoyens
 D'incessantes luttes intestines
 Une Grèce déchirée

article précédent article suivant



Le Parthénon
Le Parthénon a été bâti en onze ans, de 447 à 438, sur l'emplacement d'un édifice détruit lors du sac de l'Acropole en 480, pendant les guerres médiques.
© Jean-Pierre Dalbéra

L'époque classique, considérée comme l'âge d'or de la civilisation grecque (Ve siècle-IVe siècle), va réunir toutes ses histoires particulières en un destin commun.


Les guerres médiques
Le Ve  siècle s'ouvre cependant sur la menace de l'expansion perse. Les cités grecques d'Asie, encerclées par l'Empire perse, ont finalement accepté la domination du vainqueur, lorsqu'une révolte, à l'initiative de Milet en 499, provoque l'appel aux cités de Grèce propre, qui ne se sentent guère solidaires. Seules Athènes et Erétrie (qui fournissent respectivement vingt et cinq bateaux) envoient une expédition et incendient Sardes, une des capitales du Grand Roi, en 498. L'Empire perse cependant reste intact, Milet est bientôt prise et saccagée, les cités d'Ionie doivent se soumettre.  

Puis Darius décide d'envahir la Grèce. En 490, il soumet les îles, pille Erétrie, réduit ses habitants en esclavage et débarque en Attique, au nord de Marathon. Athènes fait face, appuyée seulement par quelques Platéens (10'000 hommes contre les 20'000 combattants du Grand Roi). Les Perses doivent reprendre la mer et leurs pertes sont très lourdes.  

L'union des cités
Alors qu'Athènes se prépare activement à un retour probable des Perses par la construction d'une flotte, il faut attendre l'été 481 pour que les autres cités réagissent au danger (Xerxès, qui a succédé à son père Darius en 486, prépare alors sur terre et sur mer une offensive considérable). La volonté de résistance cependant est loin d'être unanime: certaines cités, comme Thèbes, refusent de se battre; d'autres, comme Sparte, préféreraient assurer la défense du Péloponnèse sur l'isthme de Corinthe. Finalement, le commandement des forces communes est confié à Sparte, dont l'armée est la plus puissante. Cependant, malgré la résistance héroïque du roi de Sparte, Léonidas, aux Thermopyles, l'armée de Xerxès s'avance jusqu'en Attique. Dans le même temps, sa flotte s'apprête à occuper la rade de Phalère. C'est alors que Thémistocle, par la ruse, réussit à attirer une partie de la flotte ennemie près de Salamine, où a lieu la bataille décisive (480). L'année suivante, à Platées en Béotie, le reste de l'armée des Perses est battu, et leur flotte subit, au large des côtes asiatiques, d'ultimes défaites.  

Les Grecs ont conscience d'avoir remporté une immense victoire. Unies pour la première fois sous un même commandement, les cités grecques libres ont triomphé des forces imposantes du Grand Roi, l'hellénisme de la monarchie barbare.  
 


L'hégémonie athénienne
L'alliance conclue face au danger perse ne survit pas à la victoire; celle-ci, d'abord et surtout athénienne, marque le début d'un processus qui, en quelques décennies, va faire de la cité attique la maîtresse du monde égéen.  

Sparte voit avec inquiétude l'hégémonie d'Athènes se développer en Egée, et ce que l'on peut considérer comme la première guerre du Péloponnèse éclate lorsque la cité athénienne prétend contrôler une partie de la Grèce centrale et septentrionale. Le conflit s'achève en 446 en raison des multiples problèmes intérieurs rencontrés par chacune des cités.  

Athènes et Sparte signent une paix conjointe de trente années mais les Péloponnésiens craignent le développement de la puissance athénienne.

La guerre du Péloponnèse
Ainsi, en 431, Athènes se voit confrontée à presque toute la Grèce continentale sauf les Argiens et les Achéens restés neutres dans le Péloponnèse ainsi qu'à la Grèce centrale.

Périclès
Périclès juge l'affrontement inévitable et le moment lui semble favorable; il est certain de remporter rapidement la victoire par une action maritime, Athènes se trouvant en position de force. La ville semble être une forteresse inexpugnable ouverte sur la mer. En fait, la résistance péloponnésienne se révèle plus forte que prévu, et Athènes est cruellement affaiblie par une épidémie de peste qui coûte la vie à Périclès (429).  
 
Cléon le Démagogue
Cléon le Démagogue,son remplaçant, est battu à Platées (427), mais gagne à Sphactérie (425). Les Spartiates réorganisent alors leur armée et portent le combat en Thrace (424), où ils battent les Athéniens devant Amphipolis.

A la mort de Cléon, en 422, le parti conservateur et pacifiste impose Nicias; il signe, en 421, la paix qui porte son nom, prévoyant le retour aux positions antérieures pour cinquante ans.

Alcibiade
Alcibiade dirige alors la politique athénienne et conclut une alliance avec les Argiens, qui avaient été battus par Sparte à Mantinée, en 418. Alcibiade se lance alors dans l'aventureuse expédition de Sicile (415-413), qui se termine par la victoire de Syracuse et la destruction de l'armée et de la flotte athéniennes. Ce désastre provoque la défection de plusieurs alliés d'Athènes, alors que Sparte s'allie à la Perse en échange des villes d'Ionie et d'importants subsides.

Athènes exsangue
Après de graves troubles intérieurs (révolte oligarchique, Conseil des Quatre-Cents, 411-410), Athènes connaît un bref redressement et remporte quelques victoires. Le retour d'Alcibiade (407) et la victoire aux îles Arginuses (406) lui permirent de rétablir la situation.  Mais, en 405, la nouvelle flotte athénienne est de nouveau détruite, à l'embouchure de l'Aigos Potamos, par Lysandre, qui met le siège devant Athènes.  

C'est une Athènes exsangue et démoralisée qui poursuit la guerre. Epuisée par la famine, la ville se rend sans condition en 404. Les vainqueurs lui imposent de dures conditions: la destruction des fortifications, la dissolution de la Confédération maritime et l'instauration d'un gouvernement oligarchique, la tyrannie des Trente, appuyé par une garnison spartiate.

Les crises du IVe siècle
La guerre est un désastre, et cela autant pour Athènes que pour toute la Grèce. Sparte avait combattu pour «rendre aux cités grecques leur liberté et leur autonomie»: la première conséquence de sa victoire est le retour des Grecs d'Asie Mineure sous la domination perse (en échange de l'or qui lui avait permis de conduire la guerre). Non seulement les autres cités ont subi de lourdes pertes, mais encore les troubles intérieurs se sont nourris d'un conflit dont le caractère politique s'est progressivement affirmé: face à Athènes, rempart des démocrates, Sparte apparaît en effet comme le soutien des oligarques, où qu'ils soient.  

Complots, séditions, massacres sont devenus monnaie courante selon Enée le Tacticien. Même Sparte, la victorieuse, a perdu, outre nombre de ses hoplites, un peu de son âme et, en tout cas, de l'austérité qui faisait sa force. Ses plus fidèles admirateurs (tels Xénophon ou Platon) dénonceront cet amour nouveau des richesses comme responsable de sa décadence.


Evanouissement de l'égalité entre citoyens
Mesure significative: en 400, la loi d'Epitadeus autorise la libre disposition du cléros (lot de terre cultivé par les hilotes et affecté au citoyen par l'Etat). Cette loi entérine, en fait, une évolution des mœurs: les citoyens n'avaient plus d'égaux que le nom! Le complot de Cinadon, en 397, étale au grand jour le mécontentement des «inférieurs» et, s'il échoue, il annonce les révolutions du III e  siècle.  

Luttes entre les riches et les pauvres, entre les aristocrates et les démocrates, des révoltes éclatent ici ou là: massacres des riches par les déshérités à Corinthe en 392; scytalisme à Argos en 370, où les pauvres assomment à coups de bâton (scytale) près de 1500 riches et se partagent leurs biens. Peut-être a-t-on exagéré cette «crise de la cité», peut-être surtout n'a-t-on pas assez remarqué que, paradoxalement, c'est la grande vaincue, Athènes, qui - vraisemblablement grâce à son régime démocratique retrouvé - évite les affrontements les plus violents.  

Il n'en reste pas moins que la guerre du Péloponnèse a servi de catalyseur aux tendances dissolvantes qui menaçaient la cité; on voit, par exemple, refleurir les tyrannies qui avaient accompagné la crise de l'archaïsme: celle de Denys l'Ancien, en Sicile, dès 405; celles d'Euphron à Sicyone, de Cléarque en Asie Mineure ou, en Carie, celle de Mausole, véritable précurseur des monarques hellénistiques.  
 

D'incessantes luttes intestines
Le IV e  siècle est troublé aussi par les combats continuels que se livrent les cités les plus importantes - Sparte et Athènes bien sûr, mais aussi Thèbes - pour prétendre au commandement en Grèce: assez fortes pour conquérir l'hégémonie - au besoin avec l'aide des Perses -, elles sont trop faibles pour la conserver.  

De 404 à 355, l'histoire fourmille ainsi de renversements d'alliances et de conflits plus ou moins étendus.  Sparte perd bien vite la confiance des Grecs, et la paix du Roi (386), qui fait du souverain perse Antalcidas l'arbitre des luttes entre les cités, apparaît à tous comme une trahison. Sa domination, d'ailleurs, se fait vite très dure. Affaiblie par les troubles sociaux, Sparte ne peut empêcher Athènes de créer un réseau d'alliances, et le décret d'Aristotélès (377) reconstitue bientôt une nouvelle confédération maritime. Comme la première, et malgré les précautions prises (garantie de l'autonomie des cités), elle s'achèvera par une révolte des alliés (357-356).  

L'équilibre un instant rétabli entre Sparte, maîtresse du Péloponnèse, et Athènes, à la tête de son empire maritime, est rompu par Thèbes, qui, d'abord entrée dans l'alliance athénienne, joue son propre jeu et remporte sur Sparte, qui ne s'en relèvera pas, la victoire de Leuctres (371). A Mantinée (362), les Thébains l'emportent de nouveau, et si la mort d'Epaminondas - il fut tué lors d'un assaut - marque la fin de l'expansion thébaine, la paix, conclue en 361, consacre l'effondrement de Sparte (elle perd la Messénie, en sa possession depuis l'archaïsme).

Une Grèce déchirée
Epuisé, le pays doit affronter le nouveau danger menaçant sa liberté: Philippe, roi des Macédoniens, est devenu, aux marges du monde grec, le chef d'un royaume puissant et bien organisé. Il a entrepris une progression lente mais sûre vers l'est (la Thrace), où depuis le Ve siècle Athènes avait des intérêts; et vers le sud, où la possession de la Thessalie lui permettra bientôt de contrôler les voies d'accès à la Grèce. Il réussit même, en 346, à entrer au conseil amphictyonique qui administrait le sanctuaire de Delphes. Alors seulement les voix isolées qui, telle celle de Démosthène, dénonçaient le danger macédonien trouvent quelque écho. Une coalition se forme qui rassemble autour d'Athènes une partie des cités péloponnésiennes et Thèbes. L'effort militaire est important mais sans espoir: Philippe, vainqueur à Chéronée (338), en Béotie, devient l'arbitre des destinées du monde grec.  

La ligue de Corinthe
Elle est la conclusion d'un congrès convoqué par le Macédonien et réunissant à Corinthe toutes les cités; ce pacte d'alliance réunit la plupart des cités et des peuples de la Grèce autour de Philippe, son hêgêmon. Elle se propose de mener contre le Barbare (le roi des Perses) une guerre de vengeance et de conquête. C'est Alexandre III le Grand qui, après l'assassinat de son père, en 336, reprendra ce dessein et lui donnera l'ampleur que l'on sait. Les cités grecques, quant à elles, ont dès lors et pour toujours, perdu leur indépendance. Il est permis de se demander si ces luttes pour l'hégémonie, dans lesquelles elles s'étaient épuisées, n'étaient que l'expression de leur volonté de puissance ou si elles procédaient aussi de la conscience plus ou moins claire d'une nécessité: celle d'élargir le cadre de la cité, devenu trop exigu et inadapté.  

C'est une des ironies majeures de l'histoire de constater que les Grecs, lassés par des luttes fratricides, ont donné à un souverain macédonien - et par conséquent, pour eux, un semi-Barbare - la possibilité de réaliser cette unité, puis à son fils de reprendre la lutte contre le Barbare.

article précédent article suivant
 
Pour en savoir plus
Grèce antique
Chronologie de la Grèce antique
L'époque mycénienne et les siècles obscurs
L'époque archaïque
L'époque hellénistique

 
Lieux à visiter

Grèce/Crète


 
Lieux liés

Grèce


 

 

 
Accueil   |   Copyright   |   Contact

Réalisation Media Welcome - Tous droits réservés © 2007